Bien touchante cette parabole de Jésus sur la prière qui raconte qu’un ami, lui-même dérangé par un ami arrivé chez lui tard, vient demander à un autre ami de lui donner 3 pains alors qu’il est déjà couché avec toute sa famille. Quand on sait que tout le monde dormait ensemble et qu’il fallait enjamber les petits pour arriver à débarrer la porte et ouvrir. Mais l’amitié a un tel pouvoir comme celle de la prière envers Dieu. L’amitié envers celui qui est arrivé tard va faire en sorte que l’ami déjà couché et au bord du sommeil se lèvera pour donner- non pas par amitié dit Jésus- mais à cause du sans-gêne de l’ami qui l’importune, tout ce qu’il voudra. On comprend qu’il le fera pour s’en débarrasser et avoir au plus vite la paix.

L’ami réveillé et l’ami qui réveille sont liés par l’amitié comme la prière est liée à l’exaucement.

Demandez et vous recevrez, cherchez et vous trouverez, frappez et la porte s’ouvrira.

Ce qu’on ne sait pas, c’est la durée entre les deux moments. Combien de temps, de fois, de jours, de nuits, faudra-t-il se lever pour que Dieu nous exauce par amour et par amitié quand Il connait tous nos besoins? Il y a une telle insistance dans la bouche de Jésus pour qu’on agisse ainsi et sans-gêne. Les amis commandent les actes du cœur, comment s’étonner que Dieu ne fasse par davantage. Jésus en rajoute : si vous, qui êtes mauvais, donnez de bonnes choses à vos enfants, combien le Père donnera-t-il l’Esprit-Saint à ceux qui le lui demande.

La prière est un immense courant d’air qui part du souffle de l’Esprit Saint en nous et  qui ouvre une fenêtre dans le Ciel afin que descende ce qui est bon pour nous.

Prions sans cesse!

Denis Veilleux