La finale de cette année de la Miséricorde se termine par une montée : celle du Christ-Roi de l’Univers. Une montée qui a débuté par une descente du Fils de Dieu sur notre terre : Dieu a tant aimé le monde qu’Il a donné son Fils, son Unique, pour que quiconque croit en Lui, ait par Lui la Vie éternelle.

Une descente qui se prolonge dans un espace tout petit en ce monde, et se trouve dans les environs de Jérusalem, Bethléem, la Galilée et Nazareth, le lac de Tibériade, le mont des béatitudes et celui des oliviers, pour se terminer sur le Golgotha. L’Emmanuel est venu parmi nous avec toute son humanité et sa divinité. Sur la croix, Il est devenu la chair de la Parole du Père : Celui-ci est mon Fils bien-aimé en qui j’ai mis tout mon amour. Écoutez-le!

Qu’est-ce que nous entendons?

– Quand je serai élevé de terre j’attirerai à mon tous les regards.

– Père pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font.

– Femme voici ton fils, fils voici ta mère.

– Éli Éli lama sabacthani, Mon Dieu pourquoi m’as-tu abandonné?

– En tes mains Père, je remets mon esprit.

Avant de le contempler éclatant dans sa Gloire, regardons-le humilié sur la croix, lui qui n’avait pas l’aspect d’un homme selon la prophétie d’Isaïe.

C’est le Christ, le Messie roi de l’Univers, dont le Royaume n’est pas de ce monde. C’est le Messie qui nous appelle à le suivre et à lever les yeux pour ne pas sombrer dans les prisons de l’égoïsme et de la seule matière. C’est Lui qui élève nos cœurs afin qu’ils soient sauvés, c’est-à-dire renouvelés par la Puissance de son Esprit. Sauvés pour être aimés et aimer comme Lui. Le Christ Roi souffle sur le monde le pardon et la miséricorde. Des quatre vents Il redonne vie  aux ossements desséchés d’une autre prophétie, celle d’Ézéchiel, pour que la vie en abondance nous parle de Lui.

– Es-tu roi? lui demanda Pilate

– Je le suis! répondit Jésus

Denis Veilleux