À chaque saison estivale, j’attends que se déroulent les semaines de l’été pour regarder le panorama et voir l’horizon. Le panorama n’est pas l’horizon. Mais ils peuvent se parler. Le panorama peut suggérer à l’horizon des hypothèses ou pronostics dont la réalité épousera peut-être la fiction.

Ce qui me saute aux yeux, – et c’est probablement parce que je suis en train de lire le Livre de La Sagesse dans la Bible – c’est la montée fulgurante des idoles. Elles sont le symptôme du vide comblé par des artifices matériels et humains.

Le ciel de ce monde déploie un défilé d’idoles et les fabrique. Les idoles de la politique, les idoles de la musique et du bruit, les idoles de la mode et des écrans, les idoles religieuses et athées. Ces derniers mois nous avons été témoins de la fin tragique de plusieurs idoles. Elles sont tombées dans le vide dramatique de leurs épuisements. Je le dis avec tristesse. Ces idoles ont 30- 40- 50 ans et plus. Les plus jeunes, adulés par des millions de fans bien résautés, ne peuvent plus tenir la cadence. C’est cela le véritable drame. L’idolâtrie engendre les soifs de la performance, les tournées des vedettes sur la planète, et l’industrie de la rouille de l’argent et parfois des fins de vie chaotiques.

Comment voulez-vous vivre à taille humaine quand on donne 222 millions d’Euros pour changer de terrain de foot ?

Comment voulez-vous qu’un chef de pays soit habité par la compassion quand il joue tous les jours avec des missiles pour effrayer les proches et les lointains?

Comment voulez-vous qu’une star, un rappeur, une chanteuse, tiennent le coup en face d’une marée de fans qui en redemandent sans cesse?

Béatrice Martin, Cœur de pirate, avouait récemment que cette vie l’a retranchée d’une compréhension d’elle-même. On en vient à penser au piratage du cœur. C’est cela l’enjeu!
Le cœur est piraté comme les personnes sont engouffrées dans ces industries qui les dévorent. Ils ne savent plus ce qu’ils sont!

Justin Bieber, une autre idole canadienne, a décidé de mettre fin à sa tournée mondiale. On ne le dit pas, mais peut-on penser que ce jeune qui n’a pas 25 ans ne peut supporter ce rythme endiablé d’une vie dans les avions et les hôtels de luxe pour être 2 heures sur une scène à entendre crier plus fort qu’il ne chante.

Le panorama indique-il un danger, une limite, un art de vivre, ou un horizon de vrai bonheur?

Les intentions de prière du pape François pour le mois d’août sont pour les artistes afin qu’ils nous fassent découvrir la beauté du monde.

Ce ne sont pas les artistes qui inquiètent et pour lesquels nous prions, ce sont les idoles et les idolâtres qui poussent partout et vendent ou achètent le vide, le bruit, les cris, les émotions.

Il y a plusieurs années, à Montréal, Ginette Reno interprétait la chanson de Jean-Pierre Ferland, Un peu plus haut, un peu plus loin. Ce fut un délire! Elle raconte qu’elle est rentrée chez elle dans une profonde solitude ce soir-là.

Prions pour les artistes, les peintres, les gens de la scène, du cinéma, de la chanson, de la danse, des grands répertoires, du cirque avec ou sans soleil, des communications. Prions pour que chaque personne trouve sa voie en s’approchant d’elle-même afin de se donner aux autres tout simplement.

Délivre-nous Seigneur, des idoles et du vide!

Denis Veilleux