Thomas-De-KoninckLa mission de Radio Galilée me semble tout à fait essentielle. En voici trois raisons, avec ces quelques mots en exergue: «Manquer la joie, c’est tout manquer» (R. L. Stevenson).

1/ La culture: question de vie et de mort

L’excellent mot «culture» nous renvoie d’emblée à la vie, au plein épanouissement de l’arbre, du jardin – et dans le sens qui nous occupe ici, de l’être humain. La culture se compare à l’air que l’on respire, qui est tonifiant au possible lorsqu’il est vif et pur, mais qui, pollué, fait dépérir et mourir. Elle est une écologie de l’esprit, qui éveille à la dignité humaine et l’illustre, contre ce que Gabriel Marcel appelait «les techniques d’avilissement», lesquelles génèrent une idée dégradée de soi-même et le désespoir. Aussi faut-il y voir rien de moins qu’une question de vie et de mort, comme l’a admirablement résumé Saint-Exupéry en dénonçant une inculture qui aurait assassiné même Mozart.

2/ Être et avoir

On se souviendra que Jean-Paul II aimait marquer la distinction capitale entre ce qu’est l’être humain et ce qu’il a, entre l’être et l’avoir. Grâce à la culture l’être humain devient plus pleinement humain dans toutes les dimensions de son humanité. C’est ce qu’accomplit notamment l’art, quand il ramène la femme et l’homme au plus profond de leur être, au point de s’avérer «un sentier qui conduit à Dieu», le plus évidemment dans le cas de l’art sacré. On y découvre alors pleinement la puissance d’élévation de la culture, manifestant la dignité de l’être humain comme «image de Dieu».

3/ Beauté

Platon constatait déjà que ce qui a le plus d’éclat et qui le plus attire l’amour, c’est la beauté. En illuminant, puis en suscitant l’amour, la beauté donne en même temps du sens en abondance à la vie, selon la double acception de la signification et de la direction. C’est le plus clair dans le chant de louanges, qui éveille «l’être humain intérieur» en l’élevant, encore une fois, au-delà de ce qui s’oppose à Dieu.

Radio Galilée nous comble en tout cela. Qu’en soit vivement remerciée l’équipe entière, qui déploie tant d’efforts au service de cette mission ultime de la culture: donner la joie.

                                                           Thomas De Koninck