Le pape François s’apprête à franchir un pont aérien de 13 heures pour venir au Canada. Il y a plus de 5 siècles, il fallait des mois pour quitter l’Europe et venir dans ces contrées dont on ne soupçonnait ni l’étendue, ni leurs populations. L’adage sémitique ‘le passé est devant’ prend ici toute sa signification. C’est devant le tableau enfumé de l’Histoire que le Successeur de Pierre se dirige afin de rencontrer les Premières Nations.

Une Réconciliation suggère plusieurs rives. De fait, d’est en ouest, du nord au sud, la difficile reconnaissance demeure le tribut de toutes les histoires de découvertes et de conquêtes du monde depuis la nuit des temps. Ces terres n’ont pas été épargnées.

Réconciliation annonce un rapprochement de tous ces intervenants qui sont les descendants des éprouvés comme de celles et ceux qui ont mis la main dans le terroir.
Ce n’est pas chose simple à détricoter ni pour hier ni pour aujourd’hui. Nous n’étions simplement pas là, ni vous et moi.

Réconciliation exige une rencontre des blessés et des responsables des blessures tombées dans le filet du temps. On ne peut corriger le temps passé mais construire aujourd’hui des chemins ou des ponts et faire tomber les murs. Le ‘seul respect’ de part et d’autre en assurera la véritable libération.

L’événement de la venue du pape François aura une onde mondiale. Elle offrira aux regards une démarche humble et vraie de l’Église catholique enracinée dans une histoire politique et ses enjeux. Un écheveau à dénouer dans la pénitence lucide devant le mal reconnu et ses conséquences.

C’est le Canada dont il s’agit. C’est l’Église catholique au Canada dont il s’agit aussi.

Ces heures sombres ne devraient pas nous faire oublier les lumineuses. Parmi les Premières Nations, plusieurs ont embrassé la foi chrétienne par le service et la bonté de celles et ceux qui ont semé l’Évangile dans les cœurs. La croix du Christ a jalonné les premiers pas courageux dans le cœur des missionnaires portés par ces mots : « Allez! De toutes les Nations faites des disciples! » Pour toute domination pardon, pour toute évangélisation limpide, remercions Celui qui en est la source.

Denis Veilleux