Lorsque nous quittons un continent pour un autre, nous devançons parfois les heures. La nuit est courte et le soleil se pointe dans les hublots de l’avion très tôt. Dès l’arrivée, le décalage horaire est notre premier fardeau. À l’expérience, il faut immédiatement prendre l’heure du pays et vivre cette première journée en poussant le plus tard possible le moment du repos de la nuit.

La pandémie nous a placés dans une réalité semblable. Tout a été reporté ou définitivement annulé.

La radio nous tient en éveil; elle ne souffre pas de décalage dans l’événement et impose de tenir dans le réel. C’est ainsi que notre programmation vous offre nos émissions en temps réel, même les entrevues préenregistrées destinées aux dates prévues. Certes, nous avons dû nous habiliter à réaliser plusieurs de nos entrevues en temps réel par la magie technique.

Dans l’Évangile de Jean au chapitre 6, nous lisons un fait étonnant. Les disciples sont dans la barque et triment dur quand Jésus vint les rejoindre, la nuit, en marchant sur la mer. Aux versets 20 -21, il est écrit : « C’est moi. N’ayez pas peur. » Ils étaient disposés à le prendre dans le bateau, mais aussitôt le bateau toucha terre là où ils se rendaient. » La barque fut rendue au rivage de manière subite et inattendue. Une gracieuseté de la part de Jésus.

C’est ce que nous espérons pour vous et pour nous. Une mise à terre en temps réel afin de Vivre mieux.

Denis Veilleux prêtre
Directeur de Radio Galilée