En 2010, à Jérusalem, je rencontrais le père Francesco Rossi de Gasperis, jésuite. J’avais eu la joie de réaliser des entrevues avec lui. C’était pour moi une personne de grand discernement. On ne manque pas de s’approcher quand on le peut de telle personne. Ces gens ne demandent rien, ils sont là sur la route et ouvre la porte à ceux qui frappent. Ils sont animés par une liberté qui les rend disponibles. Ce sont des chercheurs de Dieu. Après notre échange il me dit textuellement : ‘La Consolation vous viendra des Écritures! », Cette parole s’est incrustée en moi et je pris la résolution de plonger dans Les Écritures. Certes, j’avais lu tant de livres de la Bible et particulièrement le Nouveau Testament plusieurs fois et les Psaumes. C’est alors que je pris la décision de lire la Bible du début à la fin. Je viens de terminer après 10 ans. 10 ans à lire de jour en jour la Bible. Ouvrir chaque livre ou chapitre et passer par la Création, sa Genèse, les Exodes, les Exils, les guerres, les beautés, la force, la faiblesse, l’humiliation, le silence. 10 ans à demeurer étonné de ce que je découvrais. Des moments pénibles, rougis par le sang, et des versets que je ne connaissais pas, si lumineux, si simples, si beaux.

« La Consolation vous viendra des Écritures! » Qu’est-ce que cela veut dit maintenant après avoir parcouru toute la Bible? Au début je pensais ‘consolation’ comme ‘réconfort’, mais maintenant je vois le mot ‘consolation’ comme l’immense ‘tendresse de Dieu’ qui finit toujours par étendre sa miséricorde sur le Peuple de l’Humanité.

La Consolation ressemble à ces mots de Jésus : « le Père fait briller son soleil sur les bons et les méchants et pleuvoir la pluie sur les justes et les injustes. » Une Consolation qui n’est pas tournée vers soi, mais vers les autres. Et Jésus dira : « Soyez saints comme votre Père Céleste est Saint. » Mt 5,45

10 ans à tourner les minces pages d’une Bible consolante pour tout le Peuple de l’Humanité.

J’ai terminé le 20 novembre 2020.

« La Consolation vous viendra des Écritures! » Une belle parole pour ce Temps de l’Avent.

Denis Veilleux