18-19-20-21 ans Les Broncos de Humboldt . Ce sont les âges de ces jeunes mordus du hockey, dont plusieurs ont basculé dans la mort qui les a fauchés le 6 avril dernier en Saskatchewan. Nous sommes remplis de compassion pour les victimes, les familles, et tous ceux et celles qui ont aimés ces jeunes et les aimeront toujours.

Par delà cette tragédie, je voudrais souligner le fait qu’à cet âge, les amitiés se solidifient pour longtemps. De rires en rêves, de clowneries en garde à vous, le sérieux de l’existence apparaît dramatique. Une photographie, montrant trois de ces jeunes alités dans un hôpital en train de se donner la main, est un geste symbolique qui non seulement les relie dans cette vie qu’ils continueront de vivre, mais il nous renvoie aussi à celle de tous ces jeunes partis sans préavis. Le geste que nous voyons, tous ces jeunes l’auraient posés. Leur amitié était soudée par le même amour du même sport mais encore par le fait qu’ils luttaient ensemble pour la même cause.

Ces jeunes sont le témoignage de ce que nous voudrions voir en ce monde. Une humanité qui se donne la main dans le même combat de la fraternité, soudée dans l’épreuve. Cette humanité nous invite certes à pleurer les disparus mais aussi à croire que leurs amis partis resteront à jamais dans la mémoire affective de leur cœur. Ceux qui poursuivront leur chemin en ce monde garderont de manière ineffaçable non seulement cet événement, mais ce qui aura précédé, c’est–à–dire le bonheur de vivre ensemble le même défi, la même passion.

L’amitié à la vie à la mort à cet âge est une expérience qui réaligne la rondelle et les bâtons non seulement sur la même glace mais à leur vraie place. Chacun, s’il est croyant, pourrait voir dans l’autre qui n’est plus visible un compagnon d’éternité que l’on pourrait entendre.

Ce ne sont pas des paroles audibles, mais des mots que seul le cœur peut comprendre et dont la teneur est à peu près ceci : les gars, mettez vos patins et avancez!

Denis Veilleux