Horaire de diffusion : Lundi 7 h 30, 14 h, 19 h, mardi 0 h, vendredi 21 h

Le Cantique des Cantiques
Animation :  père Roland Meynet, s.j., théologien,  professeur émérite de théologie biblique à l’Université pontificale grégorienne de Rome.

Le Cantique n’est pas un conglomérat d’une cinquantaine de petits chants d’amour. C’est une composition savamment architecturée, même si elle ne se laisse pas découvrir facilement. La présente série propose une analyse de son organisation à tous les niveaux. Cette composition allie la plus grande simplicité et l’élaboration la plus poussée. Toutefois, si la connaissance de sa composition est indispensable pour mieux comprendre un tel texte, elle ne suffit pas. Il faut aussi saisir les rapports qu’il tisse avec d’autres livres de la Bible.

L’interprétation qui voit dans le Cantique à la fois un chant d’amour entre l’homme et la femme et entre Dieu et son peuple n’est pas le fait d’une lecture seconde, elle se laisse reconnaître dans le texte lui-même. Le sens spirituel fait partie intégrante du sens littéral. L’amour entre l’homme et la femme est de même nature que l’amour entre Dieu et les hommes.

Du 3 janvier au 21 février 2022, 8 émissions

  • Il est fortement conseillé de relire « Le Cantique des Cantiques» avant de suivre la série

La jalousie « Gouter ou dévorer la vie ? »
Animation : Sœur Catherine Aubin, o.p., professeure, prédicatrice, auteure

La jalousie est originelle, et pas originale ; personne n’échappe à son emprise, un jour ou l’autre. Comment la regarder et la travailler afin de la traverser et d’entrer dans une relation fraternelle ? D’où vient cette posture intérieure qui revendique le droit d’être le préféré ? Pourquoi le frère, le collègue ou l’amie deviennent un jour rivaux et concurrents quand leurs qualités sont mises en avant ?

Avec Caïn et Abel, avec Joseph et ses frères et avec le fils aîné et son jeune frère, les Écritures nous informent sur la jalousie et ses conséquences entre nous et en nous-mêmes, car la jalousie s’impose dans le quotidien. Or, elle est souvent vécue comme une honte et un obstacle à l’amour et à la relation. La jalousie n’est-elle pas la plus grande des résistances à se laisser aimer et à accepter ce que nous sommes dans notre unicité ? Comment en faire un lieu de vérité, voire de fécondité ? La libération et la liberté passent-elles par son acceptation et sa reconnaissance ?

Du 28 février au 28 mars 2022,  5 émissions


Rendez-vous spirituels avec Marie-Guyart de l’Incarnation
Animation : Thérèse Nadeau-Lacour. Théologienne, professeure retraitée de l’UQTR et de l’Université Laval

Au-delà du personnage historique de premier plan très officiellement reconnue par l’Histoire; au-delà du charme d’une existence foisonnante d’inédits, d’audace, de passion mais aussi d’épreuves les plus lourdes; au-delà même des prestigieux éloges adressés à la grande mystique, Marie Guyart, Marie Martin, Sainte Marie de l’Incarnation est pour nous, aujourd’hui, témoin d’humanité et maîtresse de vie.

En la canonisant l’Église a signé son universalité; elle est devenue, pour les baptisés dans le Christ, modèle à suivre, particulièrement dans les turbulences et ‘difficultés de notre temps’ (Jean-Paul II).

350 ans après sa mort (30 avril 1672), Marie séduit toujours : elle attire, dérange, étonne et provoque ceux qui la rejoignent au fil de ses lettres qui sont autant de rendez-vous spirituels. Je vous invite à oser ces rencontres atypiques qui renvoient chacun de nous à l’essentiel qui fait vivre. ( photo : Mme Nadeau-Lacour)

Du 4 avril au 13 juin et les 20, 21 et 22 juin   2022, 14 émissions