Le mur de Berlin, ça nous dit quelque chose? Il séparera les uns des autres pendant des décennies pour tomber fin novembre 1989. Un morceau est exposé sur les lieux du sanctuaire de Fatima au Portugal. Je l’ai vu.

Et puis, ce mur longeant la frontière dessinée entre Jérusalem-est et Bethléem. Couvert de graffitis du côté palestinien, c’est un parchemin de querelles et de haines sous haute protection.

Nous avons aussi la muraille de Chine qui fait courir les touristes du monde. Les présidents et premiers ministres y célèbrent des selfies.

L’histoire des murs dans l’Humanité remonte à la nuit des temps. Jéricho par exemple.

En y faisant le tour 7 fois avec des trompettes et du bruit, on a fait grossir la peur à un tel point que le mur s’est écroulé et que la ville fut prise. C’est que la montée de l’angoisse réduit à la longue les forces de résistances ou impose la résilience pour faire actuel.

Ce qui est en train de s’ériger en nos temps post modernes ce sont des murs invisibles.

Ne les voyons-nous pas s’ériger ici et là? Ce sont les murs de la peur qui s’élèvent à la mesure des assauts perpétrés ici et là. Une muraille invisible qui séparera bientôt les pays, les continents, les frontières, les humains. Même les avions seront bloqués par ces hauts murs que l’on dresse par le contrôle de visas, des comptes bancaires, des numéros de téléphone, des comptes sur les réseaux sociaux. Une tour de Babel aux mille informations éventées. On saura maintenant tout sur tout.

L’idolâtrie du progrès informatique risque de se retourner contre nous avec une monstrueuse image de domination. Chaque mouvement est enregistré, filmé, codé en vrac ou en vrai ou en virtuel, c’est pareil.

Nous aurons bientôt soif d’une plus grande humanité. Elle ne viendra pas d’illusions de grands rassemblements mondains ballottés de lasers et de bruits Elle ne viendra pas non plus des idéologies d’un nouveau monde de modes, de genres, de la fabrication du légal. Cette humanité nouvelle à laquelle nous aspirons se manifestera par un bonjour, merci, voici de l’eau, dites-lui que je suis tout près, reposez-vous, avançons ensemble, quel prénom avez-vous donné à votre tout-petit?

Des mots qui traduisent l’expression la plus employée par Jésus après sa Résurrection d’entre les morts : la Paix soit avec vous! Et si nous répondions : Et avec ton Esprit!

Nous serions sans doute les premiers humains de cette nouvelle terre sans murailles.

Denis Veilleux