Il y a plusieurs années, je donnais une conférence dans une salle de la région de Québec sur le thème de l’Eucharistie. Tout le monde était plus jeune. Tout à coup, je vis ce que nous devions entendre. Je vis avant tout le monde ce qui devait arriver. Une personne se leva, se mit à vaciller et perdit connaissance. Ce bref mouvement eut un écho et toutes les têtes regardèrent vers l’arrière de la salle où se déroulait le bruit.

C’est alors que doucement je me mis à prier : Je te salue Marie. Il fallut un certain temps pour que je retrouve tous les visages et poursuive la conférence. Quelques Je te salue Marie. Tout une coupure!

C’est ce souvenir qui m’est revenu devant le tsunami provoqué par les déclarations concernant M. Jean Vanier. Un crash, un bruit, et le reste! Que faire? Que dire? Quoi penser?

Sans rien minimiser de ce drame et saluant la transparence avec laquelle les responsables ont agi, et de leur lucidité souffrante, peut-être pouvons-nous prier : Je te salue Marie chaque fois que le bruit risque de prendre le dessus. La distraction serait de courir en tous sens. Jésus a bien avisé de ne pas nous faire juge et parti devant l’ivraie et le bon grain. Ils poussent ensemble et, à la fin, le tri sera fait par les anges de Dieu.

Cette histoire n’a pas fini d’écrire son dernier chapitre, nous ne sommes qu’à la Préface.

Mais entre-temps, continuons de prier, demandons la grâce de nos conversions réelles, et que la charité couvre la multitude des péchés comme nous le lisons dans la première Lettre de Pierre au chapitre 4 verset 8.

La charité se vit chaque instant dans toutes les Arches du monde.

Prions.

Denis Veilleux