Les évangiles nous proposent la mort de Jésus en direct. Meilleur témoignage que tous les films et romans. Après avoir été humilié, battu, avoir porté lui-même sa croix, il est cloué et présenté en spectacle au monde qui le voit. La plupart ricane et lui adresse des paroles choquantes : ‘Descends, descends, si tu es le Fils de Dieu’. Quelques heures avant, à la question de Pilate : qu’est-ce que la vérité? il n’a pas dit un mot. Il n’avait pas besoin de répondre puisqu’Il était la Vérité en face du Préfet. Et Pilate finit par dire : voici l’homme!’ Nous pourrions dire : voici ce que nous avons fait de l’homme, de l’être humain, de l’enfant, des vieillards, de la femme, de tous les humiliés du monde.

Nous avons été témoins de paroles blessantes lors de cet événement tragique de la mort de Joyce Echaquan au Québec. Des paroles ont été proférées sur son lit de mort, sur sa dernière croix puisque tant d’autres auront été dressées sur son parcours. Parmi ces propos difficiles à entendre, elle répond une phrase étonnante de dignité lorsqu’on l’expose au regard de ses enfants : ‘qu’est-ce qui diraient tes enfants s’ils te voyaient comme ça!’. À ce moment elle répond : ‘c’est pour eux que je suis ici!’. Bouleversante réponse qui affirme sa dignité de mère et des soins qu’elle espère pour les retrouver ses enfants. Joyce meurt avec ses enfants dans son cœur.

Certes, cet événement met en relief les souffrances des deux bords. À l’horizontal comme au vertical. À l’horizontal, Joyce est étendue sur sa croix, au vertical des paroles sortent du trop plein de préjugés et de manque de respect de la dignité humaine de la personne malade.

Jésus, sur sa croix, debout, les bras vers l’horizontal et le corps au vertical, donnera à l’Humanité le témoignage du plus grand amour qui soit. Lui aussi aura une parole de mère envers son Père pour tous ceux qui le rejettent : ‘Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font’! Est-ce bien vrai que nous ne savons pas ce que nous faisons?

Nous n’avons qu’à nous regarder, chacun et chacune, avec courage et nous comprendrons qu’Il dit vrai.

Joyce est partie avec ces paroles de mère : ‘c’est pour eux que je suis ici!’ Nous en avons un enregistrement. C’est son testament, signé sur son lit d’hôpital avec son cellulaire.

Prions pour toutes et tous, pour nous-mêmes. Pardon pour nos irrespects, nos préjugés qui rongent nos visions du monde. Il faut le Sang du Christ pour nous laver de ces regards déformés qui nous éloignent du visage humain à respecter dans la dignité. Viens nous sauver Seigneur, viens nous soigner dans notre hôpital social et fais-en un Hôtel-Dieu où chacun sera aimé comme Toi Tu nous aimes.

Denis Veilleux