Avant que naisse le monde des couleurs et des formes que nos yeux voient

Avant que n’apparaissent le feu et le froid des glaciers de cristaux

Avant que le bruit des océans n’effleure le tympan de nos oreilles

Avant que les premiers sons fleurissent de nos lèvres

Nous avons été aimés, vus par avance, désirés, attendus comme l’enfant,  saisi par le Fils dont le nom est Jésus.

Il est né à la Plénitude des temps dans la Plénitude d’une Annonciation faite par la bouche du ciel, l’archange Gabriel.

Des mots de lumière sur la Femme de Lumière, entendus en Galilée dans la ville de Nazareth par la jeune fiancée Marie.

Comment comprendre qu’elle soit Comblée de grâce sinon qu’elle ait été choisie et élue avant la fondation du monde.

Elle est dans la pulsation Trinitaire comme le jaillissement du premier destin de la première Ève.

Appelée la première comme tous les autres après, à être immaculés dans le Fils et par le Fils.

Immaculée par le Sang de Dieu répandu sur la Croix de l’Histoire, la nôtre, celle qui part de Jérusalem jusqu’à nos Galilée ressuscitée.

Et voici que l’Église l’appelle Immaculée Conception dès le ventre de sa mère.

Elle est vraiment humaine afin de donner le vraiment Dieu, son Fils, vraiment homme.

L’Esprit Saint l’embrase de son Feu et sans autre question à ses questions, elle conçoit librement l’Enfant qui naitra à Bethléem, la maison du pain, tout près de Joseph, son Époux.

Car, rien n’est impossible à Dieu.

Denis Veilleux prêtre